FINANCE

Le coût réel d’un crédit (T.E.G)



De nos jours, si vous avez dans l'optique de réaliser un projet plus ou moins coûteux et n'avait pas les moyens de le réaliser, les banques sont là. Les canaux de recherche les plus utilisés pour obtenir la meilleure offre sont le plus souvent internet via des comparateurs en ligne on cherche la meilleure offre, le bouche à oreille on passe un petit coup de fil savoir quelles banques remportent le plus de succès auprès de notre entourage, et enfin le courtier qui intervient comme intermédiaire entre vous et les banques les efforts fournis ont pour but d'obtenir le taux nominal le plus bas, selon la période choisie du crédit et votre rapport, en effet celui-ci influe directement sur le montant des mensualités que vous devez à la banque chaque mois, l'objectif vous l'aurez compris ; conserver un pouvoir d'achat confortable, donc faire des économies après un long parcours parfois parsemée d'embûches vous obtenez l'accord de la banque c'est le Kiff absolue un grand moment de bonheur pour beaucoup, mais sachez que le taux nominal auquel vous avez souscrit peut être attrayant mais le coût total du crédit peut être conséquent, malgré tout soyez vigilants plus tôt à ce taux que nous allons découvrir maintenant.

Le T.E.G Taux Effectif Global

Alors qu'est ce que c'est ?

Le teg est un taux qui prend en compte l'ensemble des frais d'un prêt immobilier, sachez par ailleurs que le TEG devient le TAEG au 1er octobre 2016, donc le TEG  représente lui le coût réel du crédit, car il incorpore les intérêts dont taux nominal variable ou constants, l'assurance, les frais de garantie, les frais de dossier et autres frais, qui passent souvent à la trappe et donc vous l'aurez compris en se basant seulement sur l'assurance et le taux nominal vous n'aurez pas le coût réel de votre crédit, jetez toujours un œil au TEG qui figure sur les offres qui vous sont faites, en vous assurant qu'elles intègrent le coût de l'assurance, au passage sachez qu'il est possible de passer par une délégation d'assurance, la délégation d'assurance dans le cadre d'un crédit immobilier, permet aux emprunteurs de contracter une assurance emprunteur auprès d'une compagnie autre que l'organisme de crédit qui vous a accordée le premier, il faut également savoir que certains TEG sont erronés car il comporte des erreurs et ne représente donc pas le coût réel, nous pouvons donc parler d'illusions.

 Concernant la révélation du début ? on s'y dirige maintenant, c'est parti

 Un TEG sur deux sont faux, certains avancent même le nombre de 80 %, ce qui est énorme, pourtant les banquiers ils sont normalement connus pour leurs vertus comptables, font des erreurs gros comme leurs caisses ; erreur du nombre de jours dans l'année civile, oubli d'intégration des parts sociales et bien d'autres, concernant les agios ? non je vous rassure aucune erreur de calcul, je vous cache pas ça a tendance à irriter pas mal de personnes, mais heureusement sachez qu'il est possible de faire réviser son crédit pour y déceler une éventuelle erreur sur les dossiers comportant des erreurs, les sommes récupérées peuvent aller de 20 mille trente mille voire même plus de 85 mille euros pour les gros dossiers dans le cadre d'un prêt immobilier, par exemple la somme récupérée est celle qui se dégage de la différence entre le taux nominal et le taux légal ce qui est loin d'être négligeable cela offre de belles économies aux propriétaires, seulement attention, faites vérifier votre TEG par de véritables experts, c'est très important sachez que la procédure judiciaire total est de 10 mois à un an pour les premiers verdicts, la cour de cassation quant à elle rappelle aux établissements bancaires sa jurisprudence de 2008 et malgré le poids des banques relativement lourde, la majeure partie des consommateurs ont eu gain de cause. Mais alors pourquoi les banques persistent-elles ?  Tout simplement car il y a plus de 9 millions d'emprunteurs pour seulement 600 procédures judiciaires par an, pas besoin d'être un génie en mathématiques pour comprendre, ils n'ont vraiment pas de quoi s'affoler, malgré la tendance haussière de ces procédures, les banques restent gagnante si je puis dire, bonjour les bénéfices basé sur des erreurs, mais alors que représentons nous à leurs yeux pour continuer dans l'erreur ?? Sommes-nous par exemple des vaches à lait ? Sincèrement on se pose la question.